L'EVG de Julien

Publié le par Chrystelle

Il pensait ne pas en avoir.
Il pensait que c'était trop tard.
Il pensait qu'il était tranquille.

Mais c'est sans compter sur les machinations de sa future femme !

Pour diverses raisons, les témoins de Julien n'ont pu s'occuper de son enterrement de vie de garçon mais il était hors de question pour moi de le laisser passer au travers alors, il y a un mois de cela j'ai contacté ses potes.
Le délai était un peu court mais j'ai réussi à en rassembler 5 pour ce week-end.
Malheureusement 2 d'entre eux n'ont pu se joindre à la fête mais peu importe.

Tout commence samedi à 13h30, où je récupère Charles à la gare.
Charles était au lycée au Pays-Bas avec Julien.

Après avoir un peu tourné dans Toulouse, direction l'aéroport pour y récupérer Paul et Guillaume.
Paul a connu Julien aux Etats-Unis.
Guillaume est le copain de Sandra qui était à
l'école de Savignac avec Julien.

Munis de ces 3 parisiens, je me dirige vers un magasin spécialisé dans les costumes et accessoires de fête.
Les garçons choisissent pour Julien un coostume de lapin rose (normalement pour femme) et pour eux des cornes de diablotins.

Je les ramène à la maison pour mieux préparer un plan d'attaque pour l'organsation de ce week-end car autant vous le dire tout de suite, ce week-end relève beaucoup de l'improvisation.

Ils décident d'aller cueillire Julien à son café.
Le but du jeu est d'entrer, de s'installer à une table et de lui faire la surprise lorsqu'il viendrait prendre leur commande.

Nous sommes arrivés vers 17h30.
Je passe devant.
Mon homme tout heureux de me voir me fait quelques bises en préparant ses commandes pour les clients en place.

Charles entre (les cornes de diables sur la tête) sans se faire voir et s'installe à une table.
Guillaume fait de même.
Julien ne remarque rien.
J'avais pourtant un sourire très marqué lié à une envie de rire quasi incontrôlable.
Paul entre à son tour (lui aussi avec les cornes sur la tête) mais à ce moment là Julien se retourne pour apporter une commande à une table.
Il éclate de joie un grand sourire sur les lèvres et remarque à leur tour Charles et Guillaume.

C'est le début du jeu.

Après les embrassades de rigueur, les garçons lui présente son costume.
Je vous laisse imaginer la tête de mon homme !

Il l'enfile un peu rétissant mais bon joueur et le premier de ses gages consiste à prendre une commande et à servir dans cette tenue.

Je vous laisse maintenant imaginer la tête des clients, des salariés et des commerçants qui connaissent maintenant bien mon chéri !

Puis il le font passer dehors, derrière sa machine à glaces.

Ce fut difficile pour lui de devoir abandonner son café un samedi mais je suis restée pour prendre la relève en regardant mon lapinou partir.

Il se trouve que ce samedi là il y avait pas mal d'EVG et EVJF.
A un moment mon lapinou et ses petits diables se sont installés à un bar proche du café crème non loin d'un autre groupe d'EVG et j'ai entendu crier : "Le lapin, le lapin, le lapin..." puis (moins drôle) : "Le lapin il a pas d'organes, le lapin il a pas d'organes..."

Vers 20h, ils sont revenus au café pour que Julien finalise la fermeture.
Ils étaient déjà dans un bel état !

Le soir ils avaient rendez-vous dans un restaurant/boîte installé non loin de chez nous : le
Latino Palace.
Ambiance brésilienne et lieu prisé pour les EVG/EVJF.

Ils se sont apparemment bien amusé là-bas aussi.
Un des gages de Julien était de récupérer 5 traces de rouge à lèvres sur la figure.
Il en est revenu couvert.

Puis notre lapinou a voulu bouger en centre ville.
Ils sont donc revenu vers 2/3h du mat' chercher les clés de la voiture (me réveillant au passage).
Je n'étais pas très rassurée à l'idée de les voir partir en voiture même s'ils n'allaient pas loin mais de toute façon je n'aurais pas pu les en empêcher alors...
Ils sont partir après avoir vociféré sous nos fenêtres.
- Je demande pardon au passage à nos gentils voisins qui n'ont pas bronchés -

Ils sont allés à la Bodega prendre encore quelques verres puis on décider d'aller dans une boîte située non loin de là.
Sauf que pour y aller ils ont choisi de passer par le parc du Capitole et que dans ce petit parc, il y a un plan d'eau avec fontaine.
Ce n'est pas vraiment la peine que je vous fasse un dessin...
Au lieu d'aller en boîte il ont fini dans l'eau qui était apparemment bien chaude grâce au beau temps des deux derniers jours.
Un lapin dans l'eau ça devait valoir le coup d'oeil !
Les garçons ont eux eu la bonne idée d'y aller en caleçon.
Sauf Charles ! qui y a sacrifié son portable ! oups !

Ils sont revenus se sécher à la maison et on terminé la soirée ici.
Ils ne parlaient pas, ils hurlaient : "UNE BIEEEEEEREEEEEEEEEEEE !"
Ils m'ont donc re-reveillée et ma demande de baisser le volume est restée lettre morte...

Peu importe mon chéri s'est endormi le sourire au lèvre en me redisant à quel point il était heureux de cette surprise.

Ce matin, reveil à midi.
Je suis allée chercher pain et croissants avec Paul et Guillaume qui ont eux optés pour du steack !
Nous avons déjeuné dans le jardin de la grand-mère de Julien chez qui les garçons dormaient.

Puis mon chéri a renfilé sa tenue de lapin car une chasse était organisée !
PAINTBALL !!!!!!!!!!!!!!!
Une cible : un lapin rose !
 
Qui s'est d'ailleurs transformé en lapin jaune car fort heureusement pour mon homme le paintball avait une tenue de lapin plus appropriée car elle recouvre tous les membres et est rembourée.
Malheureusement pour mon homme, Charles est chasseur et comme c'était sa première session paintball il a oublié que la règle de base est pas de tir à moins de 5 mètres de la cible.
Il l'a shooté 5 fois à 1mètre de distance.
Résultat : 4 équimoses dans le dos et 1 sur l'arrière du mollet gauche.

Les 3 mousquetaires s'en sont allés mais Julien garde le sourire aux lèvres après avoir passé un super week-end en leur compagnie.

Et de toutes façon, on les retrouve dans 13 jours !!!!!!!!!!!!!

Pour les photos, pas de jaloux, vous les verrez en même temps que celles de mon EVJF.

Publié dans EVJF - EVG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article